Bambins & mamans : http://www.pasde0deconduite.ras.eu.org/

Aller en bas

Bambins & mamans : http://www.pasde0deconduite.ras.eu.org/

Message par Elodie le Lun 16 Fév - 22:47

De : Janinethérèse1 (Message d'origine) Envoyé : 11/03/2006 19:11
j'ai découvert cela et je suis stupéfaite :

Le dépistage précoce des délinquants provoque un tollé


Un futur délinquant se cache t-il sous cet adorable minois ?PARIS, 6 mars (AFP) - Des enseignants, éducateurs et psychologues scolaires "ne veulent pas devenir des auxiliaires de police" et crient au "scandale" depuis qu'une étude de l'Inserm préconise un dépistage dès 3 ans des troubles de conduite, idée "reprise" par Nicolas Sarkozy dans sa lutte contre la délinquance.

"Que l'on cherche à nous faire devenir des auxiliaires de police et qu'on nous demande, comme le fait le ministre de l'Intérieur, de remplir des carnets de comportement, c'est hors de question!", s'indigne France Ménard, secrétaire fédérale de l'Unsa-Education, deuxième fédération de l'éducation.

Une étude de l'Institut national de recherche médicale (Inserm) intitulée "Trouble des conduites chez l'enfant et l'adolescent" recommande notamment un dépistage précoce des troubles de conduites chez l'enfant.

Nicolas Sarkozy préconise "un suivi comportemental de l'enfant quasi systématique", avec la création d'un "carnet de suivi comportemental". Elle a inspiré Nicolas Sarkozy qui a inclus ces théories dans son plan de lutte contre la délinquance et souhaite "un suivi comportemental de l'enfant quasi systématique", avec la création d'un "carnet de suivi comportemental".

"Il ne s'agit pas de ficher les jeunes", mais de "leur donner plus de chances d'être pris en charge", avait affirmé le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy en présentant ses propositions à Montbéliard le 26 janvier.

"Il est sûr que si l'on ne fait rien pour un enfant de 3 ans en difficulté, il pourra évoluer à l'adolescence vers la délinquance ou le suicide, mais que met-on derrière le mot 'dépistage' ? Il est primordial de faire de la prévention, mais pas de façon policière", affirme Alain Brousseau, un instituteur à Paris.

Un diagnostic précoce des symptômes

Selon l'avant-propos du rapport de l'Inserm, "le trouble des conduites s'exprime chez l'enfant et l'adolescent par une palette de comportements très divers qui vont des crises de colère et de désobéissance répétées de l'enfant difficile aux agressions graves comme le viol, les coups et blessures et le vol du déliquant",

Deux tiers des adolescents présentant de tels troubles en souffraient déjà pendant l'enfance, selon les auteurs, qui soulignent toutefois que "tout adolescent coupable selon la loi d'actes de violence ou de vandalisme n'en est pas nécessairement atteint".


Le rapport veut sensibliser le public à la reconnaissance des symptômes du trouble de la conduite, à savoir les agressions physiques, mensonges ou vols d'objets très fréquents "et perdurant au-delà de l'âge de 4 ans". Le rapport préconise de "sensibiliser les familles, les enseignants et le public en général à la reconnaissance des symptômes précoces du trouble de conduites", à savoir les agressions physiques, mensonges ou vols d'objets très fréquents "et perdurant au-delà de l'âge de 4 ans".

Il recommande un examen de santé vers 36 mois, pour faire un "premier repérage" afin de "mettre en place une intervention à titre de prévention" : "formation parentale", psychothérapie, médicaments.

Tollé des enseignants et psychologues

L'étude de l'Inserm a provoqué un tollé et une pétition aujourd'hui signée par plus de 46 000 enseignants, éducateurs, psychologues et autres professionnels de l'enfance, qui s'indignent des termes utilisés par le rapport à propos des enfants "difficiles": "indocilité, hétéroagressivité, faible contrôle émotionnel, indice de moralité bas".

Professionnels de santé et enseignants pourraient également, au moyen de "questionnaires simples" de dépistage, repérer un "tempérament difficile", "un défaut d'empathie" ou bien "hyperactivité, impulsivité, agressivité", conseille le groupe d'experts.

Les signataires ironisent : "Faudra-t-il aller dénicher à la crèche les voleurs de cubes ?"

"Il est très dangereux de mettre une étiquette à un enfant de trois ans et figer un comportement qui pourrait être passager" estime Suzanne Guillard, de l'association française des psychologues scolaires."Il est très dangereux de mettre une étiquette à un enfant de trois ans et figer un comportement qui pourrait être passager, c'est un vrai scandale. La façon dont on évalue un enfant relève beaucoup du seuil de tolérance d'un adulte", estime à son tour Suzanne Guillard, vice-présidente de l'association française des psychologues scolaires.

Elle rappelle qu'il n'existe "aucun test prédictif" pour dire si un enfant pourra tomber dans la délinquance. "Dès qu'il y a un problème, on rencontre les parents, et s'il y a des erreurs éducatives, on travaille ensemble et souvent cela s'arrange", constate la spécialiste.

Etiqueter un enfant "futur délinquant" choque beaucoup les éducateurs, qui voient dans cette pensée un "déterminisme", un "comportentalisme" de la délinquance et une "médicalisation" de la petite enfance.

"Un enfant de trois ans peut très bien être un petit diable et devenir très sage à l'adolescence et inversement!", dit Brigitte Le Chevert, secrétaire générale du syndicat FSU des infirmières scolaires (Snics).

Pour le président de la FCPE, principale fédération de parents d'élèves, Georges Dupon-Lahitte, "nous sommes actuellement dans un courant de pensée qui fait le lien entre les difficultés sociales des enfants et la délinquance et où le dépistage devient un flicage".


A vous de réagir!
signez la pétition en ligne : http://www.pasde0deconduite.ras.eu.org/
avatar
Elodie
clavardeur/se confirmé/e
clavardeur/se confirmé/e

Nombre de messages : 299
Age : 41
Localisation : Isère
Date d'inscription : 14/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum