lingettes contre...

Aller en bas

lingettes contre...

Message par Lèna le Sam 7 Mar - 17:30

Lettre de l’Eco-consommation n° 41 - Dossier
Des lingettes pour tout et pour tous ?

(avril 2004)
La lingette, tellement pratique, séduit de plus en plus les consommateurs et semble une source d’inspiration inépuisable pour les fabricants, si l’on en juge au nombre de lingettes différentes qui inondent le marché. Nous pouvons déjà faire la toilette de toute la famille et nettoyer la maison de haut en bas avec ces précieux petits chiffons. Malheureusement, la lingette n’aide pas vraiment nos poubelles à mincir. Et elle coûte plus cher qu’on ne croît... Petit tour d’horizon.

La lingette, vous connaissez.

Plus besoin de vous présenter ces petits tissus à usage unique, imprégné en général d’un produit cosmétique ou nettoyant. Il y en a pour essuyer petites et grandes fesses, pour apprendre à bout’chou à être propre, pour nettoyer ses lunettes, pour se rafraîchir les pieds ou le visage (pas avec la même lingette, bien sûr), pour se démaquiller, pour faire sa toilette à toutou... Quand toute la famille est bien propre, on s’attaque à la maison : lingettes pour nettoyer par terre, dans la cuisine, pour adoucir le linge, pour empêcher son pull blanc préféré de virer au bleu, pour... Vous suivez encore ?
La lingette, c’est pratique. Personne ne dira le contraire. Elle ne demande aucune préparation : on la sort et zou, c’est essuyé. Elle permet de se passer d’eau, elle n’est pas encombrante, on a toujours quelque chose de propre et d’hygiénique sous la main. Après le nettoyage, on la jette : pas d’entretien... Bref, la lingette a de quoi nous séduire. La publicité vante ses mérites en long et en large, et avec succès : la lingette se vend bien. En juin 2000, le magazine LSA(1) estimait que les lingettes représentaient en valeur 10% du marché des produits d’entretien de la maison. Mais il y a un bémol, du moins pour les producteurs : les consommateurs ne semblent pas rester fidèle à leur lingette très longtemps. D’où la nécessité d’en présenter d’autres et d’autres encore...
La lingette a aussi fait son entrée dans le monde professionnel : les services de nettoyage l’utilisent, bien sûr, mais aussi les dentistes, médecins, hôpitaux ou vétérinaires, qui s’en servent pour désinfecter, ainsi que le secteur horéca, les industries agro-alimentaires, les commerces,... Au bureau, on l’a à côté de son ordinateur pour donner un petit coup sur l’écran. Mais la lingette n’a pas que des bons côtés : elle coûte cher. Et son existence est éphémère : à peine a-t-elle vu la lumière du jour et hop, elle termine déjà sa brève carrière de lingette pour devenir un déchet. Conséquence : nos poubelles gonflent aussi vite que nos portefeuilles dégonflent.

La bonne nouvelle : les lingettes, même si elles sont pratiques dans certaines circonstances, on peut parfaitement s’en passer dans la vie quotidienne. Et faire de belles économies tout en préservant l’environnement.

Les lingettes, c’est... du linge ?

Les lingettes sont en général faites de fibres non tissées. Les fibres les plus utilisées aujourd’hui sont la cellulose, le polyester et la viscose. (2)
La cellulose, matière végétale et biodégradable, est souvent utilisée pour les lingettes désinfectantes. Le polyester, lui, est une fibre purement synthétique et non biodégradable. Il est très résistant, d’où sa popularité pour les lingettes qui sont plus rudement mises à l’épreuve, comme pendant le nettoyage. La viscose, produite à partir de pâte de bois, se laisse facilement imprégner, est absorbante et douce tout en étant résistante et biodégradable. Elle est souvent utilisée pour les lingettes "soins du corps".

S’il est vrai que l’on trouve des fibres biodégradables dans les lingettes, il faut relativiser : dans une décharge, la dégradation des déchets est extrêmement lente, et de toute façon les lingettes sont imprégnées de produits qui ne favorisent certainement pas la bonne décomposition. Comme les lingettes ne vont pas au compost, ne sont jamais recyclables ni réutilisables( enfin moi je les réutilise en les mettant au lave-linge et les réutilisant pour autre chose), elles deviennent bel et bien un déchet embêtant dès la première utilisation. Les matières premières sont irrémédiablement perdues...

Qu’y a-t-il donc dans ma lingette ?

Les lingettes cosmétiques :
Ces lingettes sont imprégnées de produits cosmétiques qui ont les mêmes caractéristiques que les produits que l’on peut acheter tels quels dans le commerce. Pour pouvoir mettre un cosmétique sur le marché, les fabricants doivent fournir des études toxicologiques, des informations sur le mode de production et les contrôles effectués. Ceci garantit au consommateur qu’il achète un produit sûr (mais pas forcément efficace !).

Le terme "hypoallergénique", quant à lui, signifie littéralement "qui réduit les risques d’allergie", mais ce terme n’a aucune valeur légale. Bien souvent ce terme signale juste l’absence de parfum( et encore, il y a bien souvent des parfums de toutes façon). Il existe donc le même risque d’irritation et d’allergie ; surtout la peau sensible de bébé risque de ne pas apprécier l’usage intensif de lingettes... vigilance donc.

Les lingettes pour l’entretien de la maison : Imprégnés dans une lingette ou emballés dans un flacon, les produits d’entretien (sol, cuisine, salle de bains, vitres,...) posent souvent problème pour notre peau, notre santé et notre environnement. Ces produits sont en général issus de la chimie du pétrole et donc d’une ressource non renouvelable et polluante.

Les lingettes sont parfois imprégnées de produits dangereux (lingette dissolvant, lingette pour le nettoyage à sec, certaines lingettes pour l’entretien du sanitaire,...). L’utilisation de lingettes peut réduire le risque de certains gaspillages (renversements de bidons ouverts, oubli de refermer le bidon,...), mais la facilité d’utilisation peut nous tenter d’utiliser plus que nécessaire. Ces lingettes sont souvent vantées comme une solution plus écologique que le chiffon... mais cela dépend surtout de l’utilisateur.
Microfibres : tout autre chose !
Il existe un autre type de lingettes avec, cette fois-ci, de réels atouts écologiques et économiques : les microfibres.
Ici,
il s’agit de lavettes en polyester avec des milliers de fibres
en forme de petits crochets. Grâce à ces crochets, on peut
exercer une action mécanique et "accrocher" la saleté. Les
microfibres sont réutilisables (on les lave en machine) et nous
permettent de réduire fortement les quantités de détergents
et autres produits de nettoyage : tout l’opposé des lingettes jetables, donc.


Efficaces, les lingettes ?

Font-elles vraiment la joie des ménagères, ces lingettes ? À voir... une étude de Test-Achats de mars 2001 (4) a examiné de plus près les performances de deux marques de lingettes pour nettoyer les surfaces. Les résultats ne sont pas convaincants : les lingettes sont pratiques, c’est sûr, mais leur efficacité laisse à désirer, leur prix est très élevé, les produits ont une odeur chimique pénétrante et la production de déchets (lingettes + emballages) est un point noir.

Les lingettes sont parfois trop grandes, ou justement trop petites. Le produit est parfois dosé trop parcimonieusement, ou appliqué trop généreusement. Bref, on est vite dans le gaspillage. Car si la lingette est trop petite ou sèche, il faut en utiliser beaucoup. Si c’est le contraire, on utilise trop de produit (ou trop de lingette) !
Toutes les lingettes sont facilement remplaçables par des alternatives plus durables. Et la lingette, faut-il le rappeler, ne nous permettra jamais de nous passer complètement des moyens plus classiques pour nettoyer notre maison en profondeur ou faire notre toilette personnelle.

Portefeuille vidé, poubelle remplie

Une famille qui se laisse tenter par les lingettes voit vite son budget exploser. Une étude du CRIOC (5) montre que nettoyer le sol avec des lingettes plutôt qu’avec la bonne vieille serpillère et un détergent tout usage peut coûter jusque 15 fois plus cher. En optant de façon régulière pour les lingettes, que ce soit pour l’hygiène personnelle ou l’entretien de la maison, un ménage peut augmenter la quantité de déchets qu’il produit de +/- 58 kilos par an, dont une grande partie n’est pas reprise par la collectes sélective. Ce n’est pas rien... La note à payer pour ce surplus de confort est plutôt salée : plus de 1100 euros par ménage et par an, selon cette étude.

catégorie de produit Déchets NR* Kg/an/ménage Déchets R**

kg/an/ménage
Coût

EUR/an/ménage
Entretien du linge 0,899 0,726 124,35
Entretien de la maison 17,366 4,210 500,8
Hygiène40,405 1,248554,15
Totaux58,67 6,184 1.179,3
*NR= non repris par la collecte sélective des déchets ménagers
**R= repris par la collecte sélective des déchets ménagers

Quand on y regarde d’encore plus près, on remarque que ce sont les lingettes les plus superflues qui coûtent le plus cher et qui produisent le plus de déchets : les petits tissus qui servent à protéger les couleurs du linge dans la machine ou à nettoyer à sec, par exemple.
En effet, un nettoyage à sec est une opération très polluante, qu’il vaut mieux éviter ou confier aux spécialistes. Pour protéger les couleurs, il suffit de bien trier le linge et de respecter les instructions du fabricant.

Catégorie de lingettes Scénario de
consommation
Kg/an/ménage
Déchets NR**
Par ménage
Kg/an
Déchets R***
par ménage
Kg/an
Coût pour un
ménage
EUR/an
Détachant10 fois/an 0,039 0 3,96
Assouplissant 228 fois/an* 0,1870,082 8.40
Nettoyage à sec 10 fois/an0,240 0,165 34,70
Protection des couleurs 228 fois/an* 0,433 0,479 77,29
Total 0,899 0,726 124,35
* En moyenne, les ménages belges font 228 lessives par an.
** NR = non repris par les collectes sélectives de déchets ménagers.
*** R = repris par les collectes sélectives de déchets ménagers.

Pour l’entretien de la maison, même topo. Cela coûte plus cher qu’on ne le croit. Si on nettoie régulièrement les surfaces (salle de bains, cuisine,...), le sol, les meubles et les vitres avec des lingettes, on peut produire plus de 20 kg de déchets supplémentaires et débourser 500 euros !

Un cas spécial : les balais "tout en un", qui sont non seulement gourmand de lingettes, mais qui demandent parfois qu’on les "nourrisse" d’un détergent bien spécifique et de piles !
avatar
Lèna
Admin

Nombre de messages : 871
Age : 43
Localisation : ille et vilaine
Date d'inscription : 14/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: lingettes contre...

Message par Lèna le Sam 7 Mar - 18:06

Alternatives... sans surprises

* Les lingettes ne remplaceront jamais les produits classiques. Armé de savon ou de détergent doux, de vinaigre d’alcool, d’une éponge, lavette ou torchon, d’un balai, raclette, brosses et chiffons, on peut avoir une maison parfaitement propre.
* La lingette vous promet une "action anti-bactérienne" ou "une hygiène parfaite" ? Rassurez-vous, désinfecter n’est nécessaire qu’en cas de maladies contagieuses et peut aussi se faire sans lingettes. En ce qui concerne les WC, pour éviter une contamination avec des bactéries fécales il faut surtout bien se laver les mains après chaque visite. Pour un WC propre et sain, un nettoyage régulier avec une brosse et un détergent à base de vinaigre suffisent. Les spécialistes s’accordent même à dire que les produits désinfectants augmentent probablement la résistance des bactéries et qu’ils peuvent causer des problèmes de peau. Ils sont également mis en cause dans l’augmentation des allergies ;
* Pas propre, une éponge ? Pour nettoyer votre lavette, éponge ou torchon, lavez-les à 60° dans la lessiveuse ; les éponges ou lavettes peuvent aussi aller dans le lave-vaisselle ;
* Pour votre petite et grande toilettes, préférez des produits plus simples : savon, stick déo, lait démaquillant, produit solaire, papier toilette...
* Pour éviter les lingettes détachantes, rincez le plus vite possible la tache avec un peu d’eau tiède et un peu de détergent, et mettez le vêtement à tremper si possible . (un bon coup de savon de marseille en général c'est hyper efficace, moi je laisse le savon sans rincer, je frotte et zou au panier à linge...quand ça passe au lavage , c'est ok)
* Evitez si possible les vêtements ou le linge de maison à nettoyer à sec. Si vous choisissez un tel produit, confiez son nettoyage à un spécialiste qui saura en principe mieux éviter la pollution de l’environnement par des solvants nocifs. Après le nettoyage, laissez le vêtement aérer dehors ou dans une pièce bien ventilée avant de le réutiliser !
* N’oubliez pas que beaucoup de lingettes sont tout simplement des produits superflus : lingettes pour la détente des pieds alors qu’on peut prendre une douche ou un bain de pieds, pour nettoyer son chien alors qu’on peut le brosser, pour protéger la couleur du linge alors qu’on peut tout simplement trier...

Conclusion : utiliser peu ou pas du tout de lingettes ne peut que faire du bien à l’environnement et à votre portefeuille... et les alternatives existent.
Sources

1. LSA n° 1683, 29 juin 2000
2. Fil d’Ariane - Le journal de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Industries Textiles (France, Roubaix) - Janvier 2004 - N°12 - page 2. Consultable à la page www.ensait.fr/pdf/filariane12.pdf
3. Dossiers : "L’entretien ménager sans produits ni déchets dangereux : rapport technique". Campagne du CRIOC et de l’IBGE ; et "Nettoyants multi-usages et nettoyants pour sanitaires", dossiers consultables sur www.observ.be/FR
4. Test Achats n° 441 - mars 2001 - page 47
5. Étude "Lingettes jetables" du CRIOC, consultable sur le site www.observ.be/FR

A consulter également :

* fiches conseil du REC ’cosmétiques’ et ’produits d’entretien’ sur le site www.ecoconso.be ou en téléphonant au 071 300 301

Langes jetables ou réutilisables :
comment emballer les fesses de bébé ? Chaque petit bout met en moyenne cinq langes par jour jusque deux ans et demi, et il continue d’en porter la nuit pendant un certain temps. Entre 4000 et 5000 langes termineront ainsi à la poubelle. Un lange jetable usagé pèse en moyenne 250 g (50 g pour le lange, 200 g pour la petite et grosse commission), ce qui revient, par bébé, à 1000 à 1250 kg de déchets... très encombrants !
( bon déjà on peut et même on doit jeter les cacas dans les toilettes! c'est écrit sur la notice d'utilisation des jetables).

Il existe une alternative pour les petites fesses : les langes lavables ou réutilisables. Les modèles d’aujourd’hui n’ont plus rien à voir avec les bouts de tissu et épingles de sûreté qu’utilisaient nos grands-mères... Ce sont, aujourd’hui, des langes préformés en coton tout doux, fermant avec des bandes "velcro" comme les jetables et... lavables en machine, bien entendu ! Les culottes ont de jolies couleurs ou de petits motifs. Bref, il y a du progrès !

Alors, jetable ou lavable ? Chaque option a ses points forts et faibles. Les langes jetables polluent à la production, qui demande beaucoup d’énergie et de matières premières (eau, cellulose, pétrole pour la couche en plastique). Après utilisation, ils créent un énorme problème de déchets difficiles à éliminer. Il existe actuellement sur le marché des langes fabriqués à partir de cellulose non blanchie et d’un plastique biodégradable. Ce lange, nettement moins polluant à la production contient toujours des substances synthétiques pour augmenter sa capacité d’absorption.
Le lange lavable, lui, est également très polluant à la production si le coton n’est pas bio, car le coton est généreusement arrosé d’engrais, de pesticides et consomme énormément d’eau. Pendant l’utilisation, les lavages consomment de l’eau et la polluent avec les produits lessiviels ( mais onpeut aussi utiliser des produits plus écologiques).

Selon l’organisation de consommateurs Verde, le lange réutilisable lavé à la maison reste malgré tout l’option la moins polluante à l’utilisation. Nous pouvons faire beaucoup pour réduire la pollution pendant le lavage : laver à 40° et non à 90° (40° suffisent pour une bonne hygiène quotidienne) ; choisir une lessive écologique, laver avec un tambour rempli et sécher de préférence à l’air en non pas au séchoir. Mais même si on lave plus chaud ou qu’on utilise de temps à autre le séchoir (bébé fait une gastro...) le lange lavable reste gagnant.
Seulement, il faut être prêt à y consacrer un peu de temps : changer bébé demandera quelques minutes en plus (des minutes, pas des heures...et avec la pratique, ça vevient pas des minutes mais une minute de plus par change) ; les changes seront un peu plus fréquents- mais pas toutes les 2h non plus hein!!), et il faut bien sûr mettre les langes dans la machine, les sortir, les mettre à sécher, les ranger.
Mais, si la motivation est là, une fois l’expérience acquise tout cela ne pèse plus tellement lourd. Il faut aussi, disons, accepter les choses de la vie comme elles viennent : un lange jetable reste beaucoup plus sec grâce aux produits synthétiques qu’il contient... un lange lavable sera mouillé, un peu, beaucoup... selon le débit de bébé( là encore il y a des voiles de protection en polaire...matière hydrofuge qui peut contrer ce problème).
En ce qui concerne l’hygiène, pas de souci : bien se laver les mains et nettoyer les surfaces avec un détergent ou savon doux suffisent, point besoin de tout désinfecter.

Au niveau du prix, les langes réutilisables sont imbattables. Les jetables coûtent en moyenne 1413 euros par enfant (sur toute la période), les réutilisables en moyenne 868 euros, lavage et séchage compris ! Le seul problème, c’est qu’il faut sortir beaucoup de sous en une fois : un paquet de démarrage coûte vite plusieurs centaines d’euros. Mais l’investissement est rentabilisé au premier anniversaire du petiot. Et pour le deuxième bébé, les mêmes langes peuvent encore servir !

Cela n’entrera jamais dans les mœurs ? Il faut évidemment un petit coup de pouce : information et soutien, concertation des acteurs concernés, promotion active. En Flandre, plus de 40 communes donnaient déjà une aide financière pour l’achat de langes réutilisables en 2003, alors qu’en 2001, il n’y en avait que 3. Petit à petit...

Els De Geest

Sources

* Le site Internet de l’OVAM, organisme flamand de gestion des déchets (en néerlandais) : http://www.ovam.be/jahia/Jahia/pid/450
* Le site Internet de Verde : http://www.ecoline.org/verde
* Les couches lavables constituent une alternative moderne, écologique et économique aux couches jetables (thèse) : http://larbreabebes.free.fr/ > à télécharger > thèse d’Anne-Sophie

Quelques adresses de fournisseurs :

* Geminis : infos sur Geminis.be ou www.becobel.be
* Kiddy Bips : tél. : 050 35 92 99, http://www.kiddybips.com Cette firme dispose d’un réseau de distributeurs en Région wallonne ; également vente par correspondance.
* Maman Nature : tél. : 02 647 67 92, www.maman-nature.com, info@maman-nature.com
* Mots, Formes et Couleurs (France) - Le monde de bébé : tél. : 00 33 3 88 49 00 95, info@monde-de-bebe.com, www.monde-de-bebe.com (cette liste n’est pas exhaustive : si vous connaissez d’autres adresses, nous serons ravis de les rajouter !)

Forums pour échanger avec d’autres mamans :


* http://www.maman-nature.com/forum
* www.magicmaman.com : choisir "forums", puis "prendre soin de bébé" dans la catégorie 0-3 ans.
* http://fr.groups.yahoo.com/group/coucheslavables
* www.petitmonde.com : choisir "forums", puis "couches en coton"
avatar
Lèna
Admin

Nombre de messages : 871
Age : 43
Localisation : ille et vilaine
Date d'inscription : 14/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum