h1n1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

h1n1

Message par Lèna le Lun 30 Nov - 9:22

tout le monde en parle...même Indianisa sur son blog ( à lire à lire à lire-clic-).
moi je veux juste rappeler que certes les décès sont là ( 76 mots au 28 novembre) et parmi eux des jeunes ou des gens "dans la force de l'âge, mais à mettre tout de même en parallèle avec la grippe saisonnière qui bon an mal an tue entre 2000 et 3000 personnes d'habitude...
si on a bien lu le blog d'Isaloba (= Indianisa) , on s'aperçoit qu'il y a bien du traficotage ( trafic-otage??/ fric-otage??) avec les média.

au passage : la note sur la vaccination obligatoire qui peut circuler sur internet n'est pas vrai : on ne peut vacciner sans accord signé explicite des parents en dehors de leur présence.
On peut allez s'informer au près des directeurs et directrices d'école de toutes façon ( ils ne mordent pas).
avatar
Lèna
Admin

Nombre de messages : 871
Age : 42
Localisation : ille et vilaine
Date d'inscription : 14/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: h1n1

Message par Lèna le Lun 30 Nov - 13:22

et parce que je lis toujours à la bourre les bons liens de clersev ( j'ai tout lu, merci, c'est vrai que pour se faire sa propre opinion, c'est pas mal)
http://www.atoute.org/n/article134.html

j'ai beaucoup aimé le dernier paragraphe où l'auteur met les possibles conflits d'intérêts comme recommandé par la déontologie ( et le Formindep)
avatar
Lèna
Admin

Nombre de messages : 871
Age : 42
Localisation : ille et vilaine
Date d'inscription : 14/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: h1n1

Message par Lèna le Jeu 17 Déc - 11:14

http://pharmacritiq ue.20minutes- blogs.fr/ archive/2009/ 11/23/la- pologne-refuse- les-vaccins- mal-testes- contre-la- grippe-a. html

23.11.2009
La Pologne refuse les vaccins mal testés contre la grippe A et l’exigence
d’immunité juridique des laboratoires. Pressions sur la ministre de la santé

C’est la radio publique polonaise qui donnait la nouvelle dans un article du
13 novembre intitulé « Health minister to be sued over swine flu Ewa Kopacz
Radio polonaise.jpgjab? » (Action en justice contre la ministre de la santé
[à cause de son opposition] aux vaccins contre la grippe A ?)

Le médiateur chargé de veiller aux droits des citoyens a donné un ultimatum
à la ministre, la Dre Ewa Kopacz (photo: radio polonaise), la menaçant de
poursuites pénales si elle n’achetait pas des vaccins contre la grippe A
dans les jours à venir (voir son intervention sur YouTube). Selon Janusz
Kochanowski, la ministre "joue" avec la santé de la population. Il menace
même de saisir les instances européennes pour pallier au déficit de
responsabilité des décideurs de son pays… Or la Commission européenne tente
déjà de faire pression sur le gouvernement polonais, qui ne veut pas acheter
de vaccins sans études sérieuses démontrant leur sécurité et leur rapport
bénéfices - risques. Début novembre, le premier ministre Donald Tusk avait
critiqué ouvertement l’absence d’évaluation sérieuse des vaccins ainsi que
le refus des laboratoires pharmaceutiques d’assumer leurs responsabilité s en
cas d’effets secondaires graves et/ou autres défauts des vaccins
pandémiques. La ministre de la santé en a rajouté plusieurs couches en
critiquant vertement les contrats douteux proposés par les laboratoires.
Pour les autorités polonaises, en l’état actuel, les vaccins ne servent que
les intérêts financiers des laboratoires qui les commercialisent. Les
administrer massivement, c’est cela qui serait jouer avec la santé de la
population.

Par ailleurs, l'adjoint de la ministre de la Santé a sèchement rappelé à
l’ordre le médiateur, comme on le voit dans le même enregistrement.

Ukraine et Pologne : situation différente et traitement médiatique très
partisan en Occident

A noter que selon la radio polonaise, le 13 novembre 2009 il n’y avait qu’un
peu plus de 220 cas de grippe A signalés en Pologne.

C’est intéressant de voir que les media français ont très largement parlé de
la situation en Ukraine, où un virus grippal (peut-être le A H1N1, on n’en
sait rien, à vrai dire) se propage fortement, mais pas du tout de celle en
Pologne. L’opposition très marquée du gouvernement polonais et ses critiques
portant sur la sécurité des vaccins et l’absence de transparence des
laboratoires n’ont pas non plus fait la une… Eh oui, parce que nos media
soutiennent tous à l’unisson le discours de Roselyne Bachelot et de ses
experts entâchés de conflits d’intérêts (Bruno Lina, Brigitte Autran, Claude
Hannoun, Daniel Floret et plein d’autres, puisque sur les 20 membres du
Comité technique des vaccinations, 16 ont des liens avec les laboratoires :
Sanofi, Novartis, Roche, GSK, etc.).

Mais pourquoi ne parler que des experts? Les conflits d'intérêts potentiels
ou avérés sont présents au plus haut niveau de l'Etat: pensons aux liens de
Nicolas Sarkozy et de François Sarkozy avec Sanofi et d'autres firmes, ou
encore au passé de Roselyne Bachelot, ancienne visiteuse médicale.

Pas question de dire aux Français que tous les pays n’ont pas eu la même
réaction hystérique face à cette grippe. Et surtout pas question de dire
qu’un gouvernement européen accuse les laboratoires de ne vouloir faire que
du commerce sur le dos de populations auxquelles ils sont prêts à
administrer des vaccins non testés, pourvu que ça rapporte…

Donald Tusk ne mâche pas ses mots quant aux intérêts et aux méthodes du
lobby pharmaceutique. ..

Voici un extrait vidéo de la conférence au Parlement européen, donnée par
Donald Tusk le 6 novembre 2009, en réponse aux pressions de la Commission
européenne, qui pousse la Pologne à faire comme la plupart des pays
européens, c’est-à-dire acheter massivement des vaccins et du Tamiflu.

On connaît les sympathies intéressées de la Commission pour l'industrie
pharmaceutique, avec laquelle elle travaille main dans la main pour imposer,
entre autres, le "paquet pharmaceutique" , qui abandonnera la
pharmacovigilance aux firmes et fera en sorte que celles-ci puissent
contourner les faibles restrictions actuelles quant à la publicité pour les
médicaments et à l'accès direct aux patients... Vous pouvez lire des détails
là-dessus dans certaines notes de la catégorie "Autorités d'insécurité
sanitaire" et dans celles sur la "Publicité directe pour les médicaments".
On sait aussi à quel point la santé est subordonnée aux impératifs
économiques au niveau de la Commission, puisque tout ce qui touche de près
ou de loin aux médicaments est régi non pas par la Direction générale Santé
et protection des consommateurs (DG Sanco), mais par la Direction générale
entreprises et industrie (DGE), dirigée par le N° 2 de la Commission
européenne, Günter Verheugen, dont les conflits d'intérêts ont été dénoncés
à maintes reprises.

Alors ne nous étonnons pas que la Commission européenne fasse pression pour
imposer les intérêts de ses amies, les pharmas... Qui aiment bien l'actuel
état des choses et ne veulent pas que cela change, comme on le voit dans
cette note: l'association européenne des industriels pharmaceutiques (EFPIA)
s'est opposée au transfert des compétences de régulation vers la DG Sanco.

Le premier ministre polonais répond ironiquement que le respect qu’il a pour
la Commission européenne et sa capacité à prendre des Donald
tusk.jpgdécisions en urgence n’empêchera pas la Pologne d’exprimer ses
critiques et d’évaluer calmement les informations venant de plusieurs
sources à propos de la grippe A et des vaccins. Le message est clair et
assez cinglant : que la Commission européenne prenne la responsabilité de ce
à quoi elle pousse les pays, que les laboratoires prennent leurs
responsabilité s pour leurs produits, que les informations soient
scientifiquement fondées - et cela sera une base bien plus saine pour
discuter des faits.

Et Tusk ajoute une phrase dont les sous-entendus sont très intéressants : il
n’y a pas que dans les fictions qu’on voit des industriels se lancer dans
des actions "inhabituelles" lorsqu’il s’agit de gros marchés et de profits
potentiels. Et l’industrie pharmaceutique ne fait pas exception à la règle.
"Tout le monde comprend de quoi il s'agit", ajoute-t-il avec la même ironie.
Et on sait par d’autres prises de position – les siennes et celles de sa
ministre de la Santé – qu’il s’interroge sur les vraies raisons de
l’hystérie autour de cette forme de grippe. Qu'il n'est pas dupe à propos du
big business politico-sanitaire qu'on pourrait appeler "Grippe SARL"...

Le silence radio dans les media français à propos de cette prise de position
très claire nous montre à quel point nous sommes désinformés. A quel point
le message implicite qui nous est transmis est celui d'un consensus mondial
sur les mesures de prévention à prendre... Comme si tous les pays voulaient
appliquer la vaccination de masse, mais ne pouvaient peut-être pas la payer.
Bienheureux les Français qui ont Sarkozy et Bachelot pour veiller à leur
santé et ne pas lésiner sur les moyens...

Je n’ai découvert, pour rendre compte des propos de Donald Tusk, qu’une
dépêche AFP qui reste vague, reprise par le Figaro en date du 6 novembre : «
La Pologne refuse les vaccins H1N1 ».

« Le premier ministre polonais Donald Tusk a accusé aujourd'hui les sociétés
pharmaceutiques de chercher à rejeter sur les gouvernements la
responsabilité pour d'éventuels effets secondaires des vaccins contre la
grippe H1N1, justifiant ainsi le refus de la Pologne de les acquérir.

« "Nous savons que les sociétés qui offrent les vaccins contre la grippe
H1N1 ne veulent pas prendre la responsabilité des effets secondaires de ce
vaccin", a déclaré Tusk à la presse. "Elles refusent de les mettre sur le
marché, parce que leur responsabilité juridique serait alors plus grande.
Elles demandent des clauses qui ne sont probablement pas conformes à la
législation polonaise, et qui rejettent toute la responsabilité sur le
gouvernement d'un pays en ce qui concerne les effets secondaires et des
indemnisations éventuelles," , a-t-il ajouté. La Pologne refuse pour
l'instant d'acheter des vaccins contre la grippe H1N1, estimant qu'ils n'ont
pas encore été suffisamment testés par les autorités médicales. »

Pressions de la Commission européenne, mais surtout pressions des
laboratoires…

On apprend donc une fois de plus que la Commission n’aime pas les voix
discordantes… Les dires de Donald Tusk, appuyés plus tard par la ministre de
la Santé Ewa Kopacz, confirment ce que nous avons commencé à entrevoir grâce
à l’excellent travail des media allemands : au lieu de suivre les procédures
habituelles d’autorisation de mise sur le marché - basées sur des
évaluations, imparfaites, certes, mais qui ont le mérite d'exister - les
firmes pharmaceutiques cherchent à mettre les décideurs politiques sous
pression. Et ce pour imposer des contrats aux clauses douteuses (immunité
juridique, prix exorbitants, conditions définies de façon unilatérale…), que
ce soit pour l’achat de vaccins ou pour l’achat de Tamiflu. Les autorités
occidentales n’ont d’ailleurs pas eu les réticences de celles polonaises et
ont signé des commandes massives avant d’avoir la moindre idée sur
l’efficacité et le rapport bénéfices – risques du Tamiflu et des vaccins…

Pour les détails concernant les pressions de Roche (Tamiflu) et celles de
GSK (Pandemrix), voir les deux notes de Pharmacritique :

* « La télé publique allemande critique le business de la grippe A,
l'inefficacité du Tamiflu et les pressions de Roche sur les politiques »
* « Grippe A: un vaccin douteux aux adjuvants risqués sera expérimenté
directement sur la population, déplore Arznei-Telegramm »

Prises de position de la ministre polonaise de la Santé

Dans un discours devant le parlement polonais, prononcé le 5 novembre, la
Dre Ewa Kopacz expose les raisons de son opposition, dans des termes très
directs.

Elle détaille ses arguments aussi dans une émission de télévision très
populaire, reprise dans son intégralité sur YouTube, où elle débat avec
l’ancien ministre de la santé, fervent partisan de la vaccination. Quelques
fragments sont sur cette page.

Les grandes lignes :

Elle dit vouloir perpétuer en tant que ministre l’impératif « D’abord ne pas
nuire », qu’elle a appliqué pendant ses 20 ans de pratique de la médecine
générale. Elle cite les travaux d’un virologue chevronné opposé aux vaccins
sous leur forme actuelle. D’autre part, elle affirme que les contrats
proposés par les laboratoires pharmaceutiques à la Pologne sont douteux,
selon l’analyse des services juridiques publics. Et ce serait irresponsable
de signer des contrats qui ne servent que les intérêts des firmes
pharmaceutiques. Il n’y a pas de transparence sur les trois vaccins proposés
à l’achat. Payer à l’aveugle et faire le jeu des fabricants qui
entretiennent un secret malsain autour des vaccins serait irresponsable. Ewa
Kopacz pointe du doigt la situation de pays occidentaux tels l’Allemagne,
qui ont commandé des dizaines de millions de doses qui leur restent sur les
bras, vu le refus de la population de se faire vacciner. (Et la pression
pour qu'il y ait des vaccins sans adjuvants. A noter que l'Allemagne n'a
commandé "que" 50 millions de doses, loin des 94 millions pour la France,
alors que la population est beaucoup plus importante).

Ewa Kopacz reproche aux fabricants de vaccins l’absence de transparence sur
les effets secondaires des vaccins. Il est très curieux que des laboratoires
qui commercialisent des produits « miraculeux » au point de ne pas avoir
d’effets indésirables - ironie soulignant le fait qu'ils ne sont pas évalués
- exigent que les contrats les exonèrent d’avance de toute responsabilité
juridique pour les éventuels défauts de leurs vaccins. Pourquoi les firmes
tiennent-elles à ce point-là à avoir une immunité juridique si elles n’ont
rien à cacher et que leurs produits sont sûrs ?

Les tests d’évaluation sont en cours, mais ils sont beaucoup trop courts,
et, à l’heure où les laboratoires proposent ces contrats, il n’y a pas de
résultats d’essais cliniques sérieux, pas d’information claire sur les
ingrédients et leurs effets secondaires, pas d’information sur les effets
indésirables des vaccins dans l’ensemble.

Certains vaccins en sont à la phase 4, mais suite à des tests d'évaluation
minimalistes et insuffisants. .. De plus, les essais n'ont inclus qu'un
nombre très restreint de participants: l'un des ces vaccins n'a été testé,
par exemple, que sur 160 volontaires âgés de 20 à 60 ans, tous sains. Un
autre a été testé sur 600 volontaires âgés de 18 à 60 ans, tous en bonne
santé. Est-ce que des essais cliniques menés dans de telles conditions
peuvent offrir une base scientifique sérieuse pour une décision de santé
publique?

Il ne s’agit pas de refuser le principe d’une vaccination et de mettre fin
aux négociations, mais de ne pas signer de contrats avant d’en savoir plus
sur les vaccins.

La grippe saisonnière est bien plus sévère, elle provoque plus de
complications et de décès chaque année. Elle a touché un très grand nombre
de Polonais en 2003, par exemple, et pourtant, personne n’a crié à la
pandémie. Pourquoi ce changement ? Pourquoi cette pression soudaine à
acheter des vaccins en masse ? Et n'est-ce pas étonnant que l'OMS ait parlé
de pandémie alors qu'il n'y avait que peu de cas ? Etc.

Pourquoi toutes ces pressions ?

On trouve des multiples éléments de réponse dans le documentaire d’ARTE
dénonçant l’orchestration minutieuse depuis une OMS sous influence des
industriels de tous les préalables politiques et sanitaires qui ont rendu
possible cet énorme pharmacommerce de la peur. Documentaire qu’on peut
visionner intégralement sur cette page de Pharmacritique : « "Les profiteurs
de la peur", leurs conflits d'intérêts et leur business autour de la grippe
A H1N1. Intégralité du documentaire ARTE "Un virus fait débat" ».

Copyright Pharmacritique
avatar
Lèna
Admin

Nombre de messages : 871
Age : 42
Localisation : ille et vilaine
Date d'inscription : 14/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: h1n1

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum