L'avenir du bio en France passe par une organisation des filières

Aller en bas

L'avenir du bio en France passe par une organisation des filières

Message par Lèna le Ven 26 Fév - 9:13

Si le nombre de conversions a augmenté considérablement ces deux dernières années et que les consommateurs affirment leur soutien au bio, l'avenir de l'agriculture bio française reste incertain. Explications.

Selon l'Agence bio, en 2009, chaque mois, 300 producteurs nouveaux se sont engagés dans la filière biologique, soit une hausse de 23 % par rapport à 2008. Alors qu'ils étaient 13.300 fin 2008, ils sont passés à 16.400 fin 2009. Tous les secteurs de production sont concernés (fruits, légumes, œufs, viande…).

Selon les premières estimations, 3,2 % des exploitations françaises seraient bio fin 2009, soit 670.000 hectares au total (516.000 certifiés et 154.000 en conversion). Ce qui correspond à 2,4 voire 2,5 % de la surface agricole utile (SAU)…
Une évolution nécessaire : le déséquilibre offre/demande s'est accentué ces dernières années au profit des circuits d'importations, qui représenteraient plus de 30 % des ventes aujourd'hui. Si un tiers de ces produits sont considérés comme incontournables (produits tropicaux, agrumes…), un tiers sont des produits où la France n'a pas d'avantages compétitifs (soja, aquaculture, légumes méditerranéens, épiceries) et un tiers sont des produits où les volumes manquent (céréales, laits, fruits et légumes).

Pour inverser cette tendance, la France s'est fixée comme objectif d'atteindre 6 % de surfaces agricoles biologiques en 2012 et 20 % en 2020. Pour y parvenir, de nombreux dispositifs de soutien ont été mis en place (dispositif d'aide à la conversion (CAB), doublement du crédit d'impôt applicable aux exploitations biologiques…). Les mesures de soutien à la période de conversion sont en effet indispensables : ''la conversion nécessite parfois des changements complets de systèmes et de modes de pensée. Les deux premières années sont les plus difficiles. Le producteur doit changer ses modes de production, les variétés utilisées, le matériel, il doit mettre ses terres en rotation, ce qui nécessite un réel investissement. Pourtant, les produits lors de la conversion ne peuvent pas encore être vendus bio. Le retour sur investissement se fait à moyen et long terme'', explique Jacques Pior, de l'Assemblée permanente des chambres d'agriculture (APCA).
A en croire les chiffres récents, ces dispositifs d'aides ont prouvé leur efficacité. Mais pour de nombreux acteurs, il ne suffit pas de soutenir la conversion. Il faut en priorité aider l'ensemble des acteurs dans le maintien de leur production en soutenant et structurant les filières.

La compétitivité de la production française en question

''Le plan Barnier a décidé de soutenir l'agriculture biologique de manière importante, mais à travers la grande distribution, la restauration collective… Cela a créé un appel d'air important, alors que rien n'a été mis en place pour soutenir la production, ce qui a conduit à une hausse des importations'', analyse Guy Kastler, chargé de mission à Nature et Progrès.

Pourtant, une hausse de la production française ne changera pas forcément la donne...
''Les grands groupes, les discounters se basent sur le tout importation pour des questions de volumes mais aussi de coût, explique Jacques Pior.

Et si malgré la crise, il semble que les consommateurs maintiennent leurs souhaits de consommation bio, le réservoir de consommateurs encore en capacité d'acheter bio au prix actuel est inconnu.
A l'heure actuelle, avec près de 3 % de la SAU et les importations, l'offre arrive à suivre la demande''.
Selon lui, une production française à la hausse ne trouvera pas forcément de débouchés par manque de compétitivité… ''Le contexte français n'a rien d'original. Le bio n'échappe pas au marché mondial…''.

Et de s'interroger : ''y a t-il une demande, des débouchés pour la production bio française ? Il y a certes une réelle volonté de l'Etat mais en termes d'organisation et de logistique, cela ne suit pas.
Aujourd'hui, la moyenne de conversion annuelle avoisine les 3.500, il en sera probablement de même en 2010. Ces produits arriveront sur le marché dans deux ou trois ans, ce qui nécessite une organisation des filières, et du rapport offre/demande''.

Des politiques favorables à l'agriculture conventionnelle

La production bio française ne résisterait donc pas à la compétition internationale.
L'Espagne, l'Italie, l'Afrique produisent du bio à moindre coût…
''Il y a un contexte général défavorable à l'agriculture biologique en France. Cela est dû aux choix de la Politique agricole commune et du gouvernement français dans leurs stratégies de soutien à l'agriculture biologique… Les modes de production bio remplacent une bonne partie de l'énergie fossile utilisée par l'agriculture conventionnelle par un supplément d'énergie humaine, c'est-à-dire des emplois. Or, aujourd'hui, on est dans un système économique qui taxe les emplois plutôt que les énergies fossiles !

D'autre part, la PAC favorise les quantités produites d'un certain nombre de cultures (maïs, élevage hors sol, protéines animales…) plutôt que d'autres (herbage…), ce qui pénalise l'agriculture biologique. Au total, 20 % des fermes françaises récupèrent 80 % des subventions européennes et ce sont les moins aptes à faire du bio !
La PAC a favorisé le développement de grandes exploitations spécialisées, or l'agriculture biologique a besoin de rotations et de diversité des cultures...'', analyse Guy Kastler.
Pour ce spécialiste, les politiques agricoles française et communautaire doivent changer de paradigme :
''les services environnementaux et sanitaires qu'offre l'agriculture biologique ne sont pas rémunérés, alors que les dommages produits par l'agriculture conventionnelle sont facturés au contribuable. D'un côté, le système agricole conventionnel est doublement subventionné, de l'autre, l'agriculture biologique est doublement pénalisée...''.
Pourtant, la PAC offre déjà des outils, comme les mesures environnementales, qui peuvent venir en soutien à l'agriculture biologique... ''Mais la France a utilisé la PAC pour subventionner les grandes cultures d'exportation, alors que l'Autriche ou l'Italie ont choisi de soutenir l'agriculture biologique.''

L'importance de l'initiative locale

Si les politiques agricoles doivent changer pour être plus favorables à l'agriculture biologique, des initiatives prouvent dès aujourd'hui leur efficacité pour rendre les productions locales compétitives.
''Si on respecte la saisonnalité des produits, on peut trouver des produits bio locaux moins chers que les produits importés'', note Jacques Pior.
En jouant sur la proximité, les circuits courts, le bio peut être également plus abordable…. Le fort développement des marchés bio, des AMAP et de la vente directe contribuent à une meilleure accessibilité du bio.

La structuration des filières au niveau local est également indispensable : ''les coopératives agricoles bio ont un grand rôle à jouer, notamment pour des filières comme la viande, les céréales, le lait… Le dispositif Avenir bio, mis en place dans le cadre du plan Barnier, soutient les projets bio sous réserve que des contrats soient passés avec des producteurs nationaux. Cet outil est très utile, il soutient la production locale et vise à mettre en phase la production et le marché'', explique Jacques Pior. Ce fonds de structuration des filières, lancé en 2008, a été doté de 3 millions d’euros par an pendant cinq ans.
Il ne faut pas oublier l'initiative locale… ''Tout ne peut pas venir d'en haut !
Les collectivités territoriales peuvent aider à débloquer les choses malgré un contexte général défavorable.
Certaines régions, comme Rhône-Alpes ou Aquitaine, mènent des politiques de soutien à l'agriculture biologique. Des communes créent des cantines bio et passent des contrats avec des producteurs locaux. On voit également de plus en plus d'actions sur le foncier : les communes installent sur leurs terrains des maraîchers bio'', explique Guy Kastler. Et de citer les régions historiques du bio (Rhône-Alpes, PACA, Pays de Loire) qui ont puisé leur force via le développement de filières locales (entreprises de valorisation, points de vente spécialisés…).

Enfin, est-il utile de le rappeler : ''les produits bio ne sont pas faits pour faire trois fois le tour de la planète !''.

Sophie Fabrégat
avatar
Lèna
Admin

Nombre de messages : 871
Age : 42
Localisation : ille et vilaine
Date d'inscription : 14/02/2009

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum